Le CPE Familigarde de Granby a sauvé notre fils

Article écrit le 19 février 2016 par une maman, Véronique Piquette, sur son expérience d’intégration de son fils handicapé en CPE:

T’inscrire à la garderie, fils, a été l’un de mes plus gros défis. Pas simplement à cause de l’angoisse de notre première séparation. Pas parce que je te confiais à une inconnue. T’inscrire était difficile, car personne ne voulait de toi sans même te connaître.

J’ai fait comme tout le monde ou presque. Dès l’annonce de ta venue au monde, je t’ai inscrit sur des listes interminables en espérant un appel. Suite à ton diagnostic, j’ai dû rappeler toutes les garderies de ma liste pour les aviser de ta condition. Les portes se sont refermées une à une. Tu étais trop, ils ne savaient pas pourquoi, mais tu étais trop.

En milieu familial, impossible de t’offrir des services adaptés. Nous avons pourtant essayé, une dame « charitable » t’acceptait. Rapidement, c’est devenu évident que tu ne suivais pas le rythme, celui qu’elle t’obligeait à suivre. J’ai passé pour une contrôlante quand j’expliquais tes limites. On m’a même accusée de lui enseigner son métier, elle qui n’a jamais pris la peine de te connaître.

Tu allais si souvent à l’hôpital qu’on me mettait de la pression. Tu allais perdre ta place. Ta maladie empêchait un autre enfant d’accéder à ce milieu.

Puis c’est arrivé, tu n’avais plus nulle part où aller, tout devait être recommencé.

Nous étions anéantis.

J’ai rappelé tous les CPE de la région, je leur ai à nouveau expliqué ta condition. Ne pas travailler n’étais pas envisageable pour payer tes services, tes médicaments. Quelles étaient nos options?

À tes 14 mois, l’appel est arrivé. Celui qui disait « on vous promet rien mais… Nous souhaitons vous aider. »

Ce CPE, tu y vas encore. Tu as été aimé dès la première seconde. Là-bas, tu es entouré d’amour, tu es stimulé, tu y reçois la visite de tous tes spécialistes. Là-bas, on remue ciel et terre pour toi, à ton propre rythme.

Ta garderie est le prolongement de la maison. Sans eux, tu aurais des parents encore plus épuisés. Sans cet endroit subventionné, nous n’aurions pas eu les moyens de t’entourer aussi bien. Nous y avons trouvé des gens qualifiés qui, chaque jour, te donnent le meilleur d’eux-mêmes pour faire de toi un humain heureux, juste heureux.

Ton handicap n’a jamais été de trop, mes peurs, mes angoisses, mes larmes ont toujours été accueillies. Tes éducatrices font partie intégrale de notre succès familial. Elles ont pris le temps de te connaître, elles ont suivi des formations adaptées pour toi, des subventions ont même été débloquées afin de contribuer à ton épanouissement. Tous les jours, tu es accueilli avec le sourire et les jours où tu es à l’hôpital, elles sont avec toi en pensées.

Sans notre famille du CPE, je ne sais pas où nous serions. Elles ont été pour nous la bouée qui nous a permis de nous sortir la tête de l’eau. Là où les défis étaient trop pour tous, elles t’ont accepté sans condition.

Trouver une garderie est l’un des plus gros casse-tête des parents. Imaginez pour les parents d’enfants à besoins particuliers. Nous sommes constamment accusés de prendre la place d’autres enfants et, pourtant, nous nous sommes fait rejeter à tellement d’endroits. Je remercie le CPE Familligarde de Granby de tout mon cœur de nous avoir accompagné dans l’épanouissement de notre poulet. Merci à vous toutes de contribuer au bonheur de notre fils!

Marie-Ève, Kim, Isabelle, Johanne, Michèlle, ce billet est pour vous, je vous aime d’amour!

Avez-vous, vous aussi, fait face à des difficultés à trouver un milieu de garde pour votre enfant différent?

Leave a Reply